Journée de la vision : 10 jours pour prendre sa vue en main !




CC0 Public Domain /Pixabay

Journée de la vision 2017. Alors qu’en mai dernier le rapport 2017 de la DREES* sur l’état de santé des Français alertait sur les inégalités observées dans le domaine de la santé visuelle, le Baromètre** réalisé par OpinionWay pour l’AsnaV est venu confirmer l’énorme marge de progression qu’il reste à accomplir pour permettre à l’ensemble de la population de bien voir pour bien vivre.

Des paroles mais peu d’actes

Au fil des années, les évolutions de comportements constatées auprès du panel représentatif de la population Française interrogé par OpinionWay, nous permet de confirmer que la prévention en matière de santé visuelle est une vraie nécessité.

Si avoir des problèmes de vue reste une préoccupation majeure pour l’ensemble des Français, ils sont loin d’y porter toute l’attention nécessaire.

Pour exemple extrême, rapportés à la totalité de la population concernée, les 2 % qui n’ont jamais fait contrôler leur vue représentent tout de même plus d’1 million d’individus !

Selon le baromètre 2017, les Français ont également été moins nombreux – 45 % – à effectuer une visite de routine chez l’ophtalmologiste alors que 62 % avaient accompli cette démarche en 2016.

Pourtant, plus d’un tiers d’entre eux ont déclaré ressentir des symptômes de « fatigue visuelle », en augmentation de 6 points, alors que seulement 39 % (vs 46 % en 2016) affirment se ménager des pauses devant leurs ordinateurs, principaux générateurs de ce type de troubles même si l’outil lui-même n’est pas en cause.

Les mauvais élèves se recrutent aussi parmi les porteurs de lunettes dont 21 à 25 % ne jugent pas utile de les chausser pour travailler, surfer ou jouer sur ordinateurs, tablettes ou smartphones et, plus grave encore, pour conduire !

J’y pense et puis… j’oublie !

Ces chiffres et ces exemples de comportements démontrent que la vue est un sens particulier dont on ne prend vraiment conscience que lorsqu’elle est altérée, souvent trop tardivement. C’est pourquoi l’AsnaV renouvelle, chaque année depuis 2005, la campagne des Journées de la Vision qui a pour objectif de faire tinter aux oreilles des Français cette petite alarme destinée à leur faire adopter une démarche régulière de prévention.

Pousser la porte d’un opticien pour bénéficier d’un test*** de vue est déjà la première étape de cette démarche. C’est l’occasion, par exemple :

– de s’assurer que l’on a les capacités visuelles nécessaires pour passer l’examen du permis de conduire,
– de constater qu’à l’aube de la quarantaine, la presbytie commence à faire sentir ses effets et qu’il est temps de se rendre chez l’ophtalmologiste pour un bilan médical complet,
– de vérifier que ses verres de lunettes, ou ses lentilles de contact, corrigent toujours son (ses) défaut(s) visuel(s) de façon optimale,
– de bénéficier enfin des conseils d’un professionnel de santé qui peut répondre à toutes questions que chacun se pose sur l’évolution de sa vue et sur les moyens de la préserver.

À propos de l’AsnaV
Créée en 1954, l’Association Nationale pour l’Amélioration de la Vue est une association privée qui sert l’intérêt général. Présidée par Bertrand ROY, l’AsnaV regroupe l’ensemble des acteurs de la Santé Visuelle : les médecins Ophtalmologistes, les Orthoptistes, les Opticiens ainsi que les fabricants de verres correcteurs, de lentilles de contact, de montures de lunettes. L’AsnaV travaille sur 4 thèmes clés : l’établissement de relations privilégiées avec les institutions et les organismes concernés par la santé visuelle, la mise en œuvre de réseaux d’alerte et de dépistage efficaces, laformation des acteurs de la prévention, la communication vers le grand public

* Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques
** baromètre de la santé visuelle 2017 – OpinionWay pour l’AsnaV
*** Les tests ne sont pas destinés aux jeunes enfants. Le développement de leur vue doit être surveillé par un médecin ophtalmologiste.