Maladie de Charcot : l’écrivaine Anne Bert veut se faire euthanasier




CC0 Public Domain /Pixabay

Elle s’appelle Anne Bert, elle est écrivaine, et elle est atteinte de la maladie de Charcot. Hier sur France Inter, elle a exprimé sa volonté de se faire euthanasier. Expliquant avoir dépassé le seuil d’acceptation, et parce qu’en France l’euthanasie n’est jours pas possible, elle a choisi de mettre un terme à ces souffrances en se rendant en Belgique.

Au micro de Léa Salamé, elle a notamment déclaré « Je sais que dans deux mois, ça va être l’horreur, et dans quatre mois encore pire que l’horreur, et après la mort (…) Si j’ai décidé de ne pas vivre cette agonie qui m’est promise, c’est parce que j’ai en moi une souffrance incommensurable, ineffable »

Puis d’expliquer qu’elle ne pouvait plus rien faire sans être « assistée » parce que ses muscles « meurent les uns après les autres ». Une situation qui aura pour conséquence une paralysie totale avant une morte certaine par étouffement…

La France ne permettant pas l’euthanasie -elle a au passage déploré le silence du gouvernement et d’Emmanuel Macron sur le sujet – elle a choisi de se rendre en Belgique où elle devrait se faire euthanasier au mois d’octobre.

Maladie de Charcot : c’est quoi ?

La maladie de Charcot, parfois appelée maladie de Lou Gehrig, est une maladie neurologique à évolution rapide presque toujours mortelle et qui attaque directement les cellules nerveuses (neurones) responsables du contrôle des muscles volontaires.

La maladie de Charcot appartient au groupe des maladies connues comme étant des maladies des neurones moteurs qui sont caractérisées par la dégénérescence progressive et la mort de ces neurones moteurs.

Crédit/source : Maladiedecharcot.org