Cancer : des coûts très sous-estimés par les Français




Pixabay

Depuis 2012, l’Observatoire Cancer Institut Curie – Viavoice vise à analyser l’opinion des Français sur le cancer et mettre ainsi en lumière les enjeux médicaux, sociaux, économiques et sociétaux en prise directe avec les grandes priorités définies par le 3e Plan Cancer.

Quel est le coût réel des traitements innovants du cancer en France ? Y-a-t-il un risque d’inégalité dans l’accès à l’innovation ? Qui finance la recherche et l’innovation ? Et que connaissent vraiment les Français à ce sujet ? C’est ce qu’a souhaité étudier l’Institut Curie via la 5 e édition de son Observatoire Cancer Institut Curie – Viavoice.

Cancer : des coûts très sous-estimés par les Français

Et il en ressort principalement que face à des traitements de plus en plus chers, leurs coûts sont très sous-estimés par les Français.

L’édition 2017 de l’Observatoire Cancer Institut Curie-Viavoice révèle un fossé immense entre la perception des Français et la réalité quant aux coûts des traitements et de la recherche en cancérologie.

Cette méconnaissance entraîne un manque de visibilité pour les citoyens quant aux problématiques financières actuelles qui sont pourtant à même d’impacter profondément et durablement le modèle de santé français. Le développement d’une pédagogie d’ampleur sur ces sujets semble urgent.

L’écart entre réalité et perception est déjà très grand concernant le traitement « classique » de chimiothérapie pour une patiente atteinte d’un cancer du sein.

67 % des Français sous-estiment le prix de ce traitement coûtant en réalité entre 5 200 € et 31 200 € selon la molécule utilisée. 24 % des sondés pensent notamment que l’ensemble de ce traitement classique coûte moins de 500 €.

3 personnes sur 4 sous-estiment d’ailleurs également le prix d’une journée d’hospitalisation dans un service de cancérologie, dont le prix se situe entre 1 600 € et 2 170 €. Plus de la moitié des personnes interrogées (55 %) va même jusqu’à évaluer un prix inférieur à 500 € par patient.

Cette méconnaissance des coûts « standards » entraîne comme nous pouvions nous y attendre une méconnaissance des coûts de la recherche et de l’innovation.

Côté recherche clinique, seuls 9 % des Français évaluent un juste prix de 10 000 € à 25 000 € pour un essai clinique (étude médicale réalisée sur un patient pour évaluer l’efficacité d’un nouveau traitement), face à 23 % qui estiment un prix inférieur à 500 €.

Seuls 3 % des Français donnent un prix en phase avec la réalité entre 80 000 € et 116 000 € pour un traitement innovant type immunothérapie. 96 % estiment une fois encore un prix inférieur, dont 21 % qui imaginent même un coût en-dessous de 500 €.

Non seulement une grande majorité des français est très en dessous de la réalité mais le marché actuel est caractérisé par une accélération de l’innovation et donc une augmentation de ces coûts déjà très élevés.

Les anticancéreux ont déjà vu leur prix doubler en 10 ans et les projections prévoient entre 6 % et 8 % de croissance par an.

En France, les médicaments anticancéreux (chimiothérapies, hormonothérapies, thérapies ciblées ou immunothérapies) représentent une dépense de 3,2 milliards d’euros/an. Ces médicaments étant pris en charge actuellement à 100 %, ils constituent à eux seuls 20 % des dépenses de l’Assurance Maladie consacrées à la prise en charge des cancers (16,1 milliards d’euros).

Une tendance qui n’est pas près de s’inverser avec, comme l’indique le Conseil économique, social et environnemental, un surcoût attendu lié aux nouveaux traitements anticancéreux de 1 à 1,2 milliards d’euros par an