Le sticker intime « Jiftip » ne protège contre rien : ni le VIH, ni les IST, ni les grossesses non-désirées.




CC0 Public Domain/Pixabay

Attention le fameux sticker intime « Jiftip » – un peu trop présenté comme le remplaçant du préservatif – ne vous protège ni contre le le VIH, ni contre les IST, ni contre les grossesses non-désirées.

Pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore « Jiftip » est un nouveau dispositif qui inquiète sérieusement les autorités sanitaires britanniques et vous allez très vite comprendre pourquoi. Son fabricant l’a en effet présenté comme étant un moyen de « claquer la porte aux envahisseurs et de renvoyer les quelques graines de bébé avides dans leur chambre ».

A en croire la présenation faite par son créateur, « Jiftip » est une vraie révolution qui permettrait de se prémunir des maladies sexuellement transmissibles et d’éviter des grossesses non désirées.  Et parce qu’on en est pas à une aberration près, il le présente comme le digne successeur du préservatif sans ses inconvénients (plus grand liberté, meilleures sensations…)

Et pour accompagner le produit, il n’a pas fait dans la demi-mesure en optant pour le slogan suivant : « Ressentez votre partenaire, ressentez la liberté, ressentez la sécurité ».

Comment ça marche ? « Jiftip » est un petit autocollant « intime » qu’il faut coller sur le bout du pénis, et plus précisément au niveau du méat urinaire. A quoi sert cet adhésif ? Tout simplement à retenir urine et sperme durant un rapport amoureux.

Oui mais dans la réalité, « Jiftip » serait une belle arnaque. « Ce sticker présenté comme une révolution pour remplacer le préservatif ne protège pas du VIH et des autres IST » a ainsi tweeté l’association Aides en référence à un article publié sur le Dailymail.

Le fabricant a d’ailleurs pris soin d’indiquer quelque part sur la notice et sur son site de vente en ligne – un bon moyen d’éviter les poursuites ? – : « non approuvé contre les IST ou pour la contraception ».

Natika Halil, directrice du planning familial britannique, a d’ailleurs mis en garde contre ce nouveau dispositif en déclarant à « The Sun » : « Il n’y a aucune preuve qui suggère que le produit est sûr, ou efficace. Il pourrait même être très douloureux ».

De son côté, et face à l’ampleur de la polémique, le fabricant explique que le « Jiftip » est un peu en phase de « test » et que les premiers retours des clients sont positifs.

Le retrait furtif de préservatif : la nouvelle tendance qui inquiète

Une autre tendance inquiète en cette année 2017 : le retrait furtif de préservatif appelé aussi  «stealthing». Mais le «stealthing» c’est quoi ? Et bien c’est une une pratique sexuelle stupide et dangereuse qui consiste au retrait du préservatif durant un rapport sexuel sans que le partenaire ne soit au courant.

En avril dernier une étude a été menée à ce sujet par Alexandra Brodsky, juriste au National Women’s Law Center.

Et même si la plupart des victimes (hommes et femmes, ndrl) ont généralement du  mal à reconnaitre ce statut, certaines ont fait part de leurs craintes : survenues de maladies sexuellement transmissibles et/ou grossesses non désirées. Et parmi certains témoignages, il y en a qui ont évoqué «  une violation claire de leur autonomie corporelle et de la confiance placée, à tort, dans leur partenaire ».

Souhaitant attirer l’attention sur cette pratique scandaleuse – encouragée par certains sur les réseaux sociaux – Alexandra Brodsky a fait part de son souhait qu’elle devienne un délit et soit rapidement classée au rang des violences sexuelles .

Interrogée par Libération, l’avocate Maître Cécile Naze-Teulié a expliqué qu’en France une telle pratique pourrait aboutir à une condamnation pour viol. Et de rappeler que L’article 222-23 du Code pénal français définit comme un viol «tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui, par violence, contrainte, menace ou surprise»…

Le préservatif : seul rempart contre les IST, le VIH et les grossesses non désirées

Dans tous les cas rappelons tout de même que pour se prémunir des maladies et/ou infections sexuellement transmissibles et pour éviter des grossesses non désirées, le préservatif est le rempart le plus efficace.

Comme se plaît à le rappeler régulièrement Christophe Dechavanne, sortez couverts !