Une crème permettra peut-être demain de bronzer sans soleil…




CC0 Public Domain / Pixabay

Pour beaucoup le rêve serait d’avoir une peau bronzée tout en étant protégé des rayons du soleil. Et si ce rêve devenait enfin réalité ? Non on ne parle ici de ces auto-bronzants qui laissent la peau orange et sont souvent du plus mauvais effet. On ne parle pas non plus des cabines de bronzage à UV si décriées…

De quoi parle t-on alors ? Et bien d’une nouvelle crème mise au point par des chercheurs américains du Massachussetts General Hospital (Etats-Unis) et déjà testée avec succès sur des souris et des échantillons de peau humaine. La molécule utilisée permettrait une stimulation des pigments qui sont l’origine du bronzage et donc de faire brunir la peau sans aucune exposition aux rayons UV du soleil.

La mise au point de cette crème fait suite à une étude qui était parue en 2006. A l’époque les scientifiques avaient réussi à démontrer qu’une substance (la forskoline, ndrl) avait la faculté d’induire le brunissement de la peau chez des souris rousses non exposées aux rayons du soleil. Oui mais ils avaient aussi constaté que cette molécule ne parvenait pas à pénétrer l’épiderme humain.

La forskoline : La forskoline est un principe actif de l’extrait de la plante Coleus forskohlii (synonyme de Plectranthus barbatus). Elle a les mêmes propriétés que l’éphédrine sur la thermogenèse dans les adipocytes, mais son action est plus directe. Elle est utilisée traditionnellement dans la médecine ayurvédique pour traiter tout un éventail de problèmes de santé, comme la diminution de la pression intra-oculaire. Cependant aucune action scientifique n’a été menée concernant la transformation du tissus adipeux en masse maigre. (source Wikipedia)

Aujourd’hui les chercheurs auraient réussi à contourner ce problème en associant différentes classes de molécules entre-elles.

« Nous avons trouvé une solution avec une différente classe de molécules… plus petites et capables de passer à travers les lipides pour cibler un autre enzyme agissant sur le même mécanisme génétique de pigmentation de la peau » a déclaré David Fisher principal auteur de cette découverte.

Puis de poursuivre « L’activation de la pigmentation par ces petites molécules et physiologiquement identique au bronzage du aux rayons ultraviolets, sans les dommages qu’ils causent (…) L’importance potentielle de cette étude résidera à terme dans une nouvelle stratégie de protection de la peau et de prévention du cancer cutané »

Avant une éventuelle mise sur le marché, notez toutefois que des tests devront encore être réalisés afin de s’assurer de son innocuité chez les humains. Il faudra ensuite attendre le feu vert des autorités sanitaires de chaque pays.