Inquiétante progression de la NASH ou syndrome « du foie gras humain »




CC0 Public Domain /Pixabay

Dans le cadre d’une étude dont les résultats viennent d’être publiés dans la revue spécialisée « New England Journal of Medecine », des chercheurs s’inquiètent de l’inquiétante progression de la NASH ou syndrome « du foie gras humain »

La NASH (stéatohépatite non-alcoolique) est une maladie hépatique d’origine métabolique. Elle est la conséquence des modes de vie modernes. Les principales causes sont l’obésité, la sédentarité, la malbouffe… Bref, et pour faire court, notre mauvaise hygiène de vie !

Une maladie dite « silencieuse » car sans symptôme particulier et qui concernerait 12 % des Américains et 6 % des Européens. Un chiffre qui devrait exploser sachant que 30% de la population mondiale serait aujourd’hui en surpoids. Aujourd’hui aux Etats-Unis, La NASH est désormais la première cause de transplantation hépatique…

Et la France dans tout ça ? Elle est loin d’être épargnée. Au mois de dernier on apprenait ainsi que plus de 6 millions de Français étaient déjà concernés. On pouvait lire à ce sujet dans la Parisienne que 5 % des malades de la Nash pourraient développer à terme un cancer du foie et que les experts s’attendaient à ce qu’elle devienne la première cause de transplantation hépatique en France d’ici à 2020.

L’occasion de rappeler que vient d’être lancé un Fonds de dotation, The NASH Education Program. Objectif : contribuer à l’effort global qui doit être mené pour favoriser la prise de conscience des enjeux de santé publique liés au développement de la NASH et accroître le niveau de connaissances autour de la maladie sans attendre que les premières solutions diagnostiques et hérapeutiques soient disponibles sur le marché.

The NASH Education Program TM va ainsi concevoir, financer, et soutenir des approches collaboratives associant des partenaires aux profils variés issus notamment des mondes académique, industriel, et réglementaire, et ayant le potentiel de créer des synergies utiles à la prise en charge optimale des patients