Allergies : les pollens de bouleau s’en donnent à coeur joie partout en France




CC0 Public Domain /Mojpe

Mauvaise nouvelle pour tous les allergiques ! S’il fait beau et même chaud sur toute la France, ce temps quasi estival favorise aussi la prolifération des pollens. Et cette semaine la majorité du territoire sera sous la domination des pollens de bouleau. Qu’ils soient ou non les pollens les plus nombreux, ce seront eux qui, à part sur le pourtour méditerranéen et au Sud de la Gironde, seront les instigateurs d’un risque d’allergie élevé à très élevé. Les allergiques sont donc invités à suivre scrupuleusement leur traitement ou à consulter un médecin.

Entrons maintenant dans le détail avec le dernier bulletin Allergo Pollinique du Réseau National de Surveillance Aérobiologique.

Au sud-ouest de cette limite, un mélange de pollens de platane, de chêne et aussi de bouleau pourra porter un risque d’allergie moyen à élevé, tandis qu’à l’est sur le pourtour méditerranéen, les platanes se calment et permettent un peu de répit. Oui mais attention à l’arrivée des pollens de chêne et de pariétaire.

Quant aux pollens de graminées, ils se montrent discrets pour le moment mais se répandent peu à peu à la faveur des beaux jours. Et si ces derniers persistent leur développement seront en augmentation.

N’oubliez pas que le Réseau National de Surveillance Aérobiologique vous offre la possibilité de recevoir chaque semaine par e-mail les prévisions du risque allergique des départements de votre choix. Pour cela vous pouvez vous inscrire en cliquant ici

Suivez vos symptômes d’allergies en remplissant le questionnaire journalier sur www.pollendiary.com

Source : Bulletin Allergo Pollinique – Réseau National de Surveillance

Le saviez-vous

Vous souffrez d’ashtme ou d’allergies ? Alors préférez vivre à la ferme ! Selon une très sérieuse étude, dont les résultats ont été publiés il y a quelques mois dans la revue spécialisée « Science », les enfants vivant dans cet environnement seraient davantage protégés contre l’asthme et les allergies respiratoires.

L’un des auteurs de l’étude, le professeur Bart Lambrecht, a déclaré à ce sujet «A ce stade, nous avons mis en évidence un lien entre la poussière dans les fermes et la protection contre l’asthme et les allergies».

Puis d’expliquer comment ils sont arrivés à cette conclusion «Pour ce faire, nous avons exposé des souris à de la poussière prélevée dans des fermes en Allemagne et en Suisse. Les tests ont ensuite révélé que ces souris étaient totalement protégées contre l’allergie aux acariens, le cas d’allergie le plus courant chez les humains».

Les scientifiques ont aussi analysé les données de santé de près de 2000 personnes ayant grandi ou pas dans une ferme. Verdict : une grande majorité de celles ayant vécu dans une ferme n’étaient pas enclins aux allergies ou à l’asthme.

Et les les autres alors ? Ils souffraient d’une carence en protéine A20. Cette étude a aussi permis de révéler que cette protéine permettait de «rendre la muqueuse des voies respiratoires moins réactive aux allergènes comme les acariens». Et c’est l’inhalation régulière des poussières présentes dans les fermes qui permettrait justement à cette protéine d’être produite naturellement par le corps humain.