« Les Français face à leur avenir » : les femmes plus inquiètes que les hommes




CC0 Public Domain /Pixabay

« Sondage OpinionWay pour PRÉVOIR ». Une étude a été réalisée par OpinionWay pour PRÉVOIR autour des craintes des Français face à l’avenir : sont-ils plutôt sereins ou inquiets, de quoi ont-ils peur, comment envisagent-ils leur retraite, se sentent-ils bien préparés pour faire face aux aléas de la vie, observe-t-on des différences entre hommes et femmes, en fonction des catégories socio-professionnelles… ? Autant de questions auxquelles cette étude apporte un éclairage

En cette journée de la femme 2017, on y constate par exemple que les femmes se révèlent globalement plus inquiètes que les hommes. Pascale Hébel, Directrice du Pôle Consommation et Entreprise au CREDOC, qui a apporté son analyse sur les grands enseignements de l’étude, explique que cette inquiétude est « notamment liée au rôle protecteur qui leur est attribué dans le foyer, qui les conduit à accorder plus d’importance à la santé et à anticiper »

Les Français sont-ils sereins face à leur avenir, de quoi ont-ils peur, comment envisagent-ils leur retraite, se sentent-ils bien préparés pour faire face aux aléas de la vie, leurs craintes sont-elles différentes en fonction de leur catégorie socio-professionnelle… ? : PRÉVOIR apporte des éléments de réponse avec un sondage OpinionWay.
Cette étude révèle notamment que la santé et la perte d’autonomie sont au coeur des préoccupations des Français, qui expriment un sentiment général d’inquiétude, en particulier les jeunes, les femmes et les foyers les plus modestes1.
Retour sur les principaux enseignements de ce sondage, réalisé auprès de 1 250 personnes, fin janvier 2017.

Une large majorité de Français inquiets face à leur avenir

66% des Français déclarent avoir peur de l’avenir. Si cette crainte reste néanmoins modérée pour 51% des personnes interrogées, trois catégories de population expriment plus largement cette inquiétude :
– Les jeunes de 18 à 24 ans : dans un contexte où l’entrée sur le marché du travail est plus compliquée, 75% d’entre eux disent avoir peur de l’avenir ;
Les femmes : 72% d’entre elles ont peur de l’avenir contre 60% chez les hommes ;
– Les foyers les plus modestes1 sont inquiets : c’est le cas pour 78% des foyers dont les revenus nets mensuels sont inférieurs à 999 € et 74% des foyers dont les revenus sont compris entre 1500 et 1999 €.

Les problèmes liés à la santé et la perte d’autonomie en première ligne des inquiétudes exprimées

Les deux premières craintes des Français face à l’avenir sont la perte d’un proche et les problèmes de santé, partagées par 85% des sondés.
La perte d’autonomie, en lien avec le vieillissement, le handicap ou la maladie constitue, elle aussi, une crainte importante : 80% des Français en ont peur et 71% craignent de devoir faire face à celle d’un proche.
Notons que la perte d’emploi ne figure pas parmi les principales craintes des Français, même si elle reste vivace : 34 % d’entre eux, 48% des actifs et 53% des jeunes de moins de 35 ans, craignent de perdre leur travail.

La retraite synonyme de baisse du niveau de vie pour 8 Français sur 10

Au-delà des aspects positifs de la retraite, cette étape majeure est envisagée par 79% des Français comme un moment où leur niveau de vie baissera. Cette intuition se confirme lors du départ à la retraite : 85% des retraités ont constaté une baisse de leur niveau de vie, même si celle-ci se révèle moins importante que ce qu’ils avaient imaginé.

Les Français se sentent mal préparés pour faire face aux conséquences des aléas de la vie liés à la santé

Les Français ont le sentiment d’être mal préparés pour faire face aux conséquences matérielles et financières des aléas de la vie, et en priorité ceux liés à la santé :

– Maladie de longue durée (68%) ;
– Invalidité temporaire ou permanente suite à un accident (65%) ;
– De façon équivalente, un décès ou la prise en charge d’un proche qui n’est plus autonome (62 %).

Pour surmonter ces difficultés et les conséquences des autres grands aléas de la vie, les Français comptent avant tout sur leurs propres ressources : 49% sur leur épargne, 26% sur leur assurance. L’aide de l’État n’arrive qu’en 5e position des recours, citée par 9 % des personnes interrogées.

Les Français et l’assurance pour faire face aux aléas de la vie

Malgré leur sentiment de manque de préparation, une majorité de Français déclare avoir une bonne connaissance des contrats d’assurance obsèques, épargne retraite et prévoyance.

Certains ont mis en place, ou prévoient de mettre en place, des solutions pour faire face aux conséquences matérielles et financières de la retraite et des aléas de la vie :

– 32 % déclarent notamment avoir souscrit à un contrat de prévoyance décès / invalidité, 24% à un contrat d’épargne retraite ;
– 36% envisagent de souscrire à un ou plusieurs de ces contrats, et parmi eux, 41% à un contrat de prévoyance dépendance et 38% à un contrat d’épargne retraite.

Pour ceux qui n’envisagent pas de souscrire à l’un de ces contrats, les principaux freins évoqués sont financiers : près de la moitié d’entre eux, 45%, estime ne pas en avoir les moyens. 29% n’en voient pas l’utilité.

« Les craintes exprimées par les femmes reflètent très clairement leurs différences d’appréhension du futur : les femmes ont toujours été plus inquiètes face à l’avenir. C’est notamment lié au rôle protecteur qui leur est attribué dans le foyer, qui les conduit à accorder plus d’importance à la santé et à anticiper. Ces différences tendent aujourd’hui à s’accroître : vivant plus souvent seules ou en familles monoparentales, avec des revenus plus faibles, les difficultés quotidiennes des femmes sont plus importantes que celles des hommes. » Pascale Hébel, Directrice du Pôle Consommation et Entreprise au CREDOC

Étude réalisée en ligne pour PRÉVOIR les 25 et 26 janvier 2017 auprès d’un échantillon de 1043 personnes, constitué selon la méthode des quotas, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus ; et auprès d’un sur-échantillon de 207 personnes dont le foyer a des revenus inférieurs à 2500 euros par mois. La marge d’erreur est de 1,5 à 3 points au plus. Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : « Sondage OpinionWay pour PRÉVOIR » et aucune reprise de l’enquête ne pourra être dissociée de cet intitulés