Les femmes ont-elles plus envie de faire l’amour quand elles reçoivent des fleurs ?




A l’occasion du printemps, DAYLOV.com, nouveau site de rencontres dédié à la séduction et aux rencontres extraconjugales, a réalisé un sondage auprès de l’institut IFOP et dévoile quels pouvoirs ont les fleurs sur les femmes.

CC0 Public Domain/Pixabay

LES CHIFFRES CLÉS DU SONDAGE

– 52% des femmes qui reçoivent des roses ont plus envie de faire l’amour avec leur partenaire.

– 61% des femmes déclarent que le fait de recevoir des fleurs tend à les rassurer sur les sentiments de leur partenaire.

– 52% des femmes indiquent avoir davantage envie d’être fidèles à leur partenaire lorsqu’il leur offre des fleurs

On observe dans le détail que l’impact d’un bouquet de fleurs sur la sexualité du couple varie sensiblement en fonction du profil socio-démographique des femmes interrogées :

– il tend à s’éroder avec l’âge, 63% des femmes de 18-24 ans déclarant que ce geste est susceptible de dynamiser leur libido, contre 50% au-delà de 65 ans ;

– les femmes y sont d’autant plus sensibles que leur relation de couple est récente : ainsi, 62% des femmes en couple depuis moins de trois ans ont davantage envie de faire l’amour après avoir reçu des fleurs de leur partenaire, contre 48% lorsque la relation date de plus de dix ans ;

– l’impact du bouquet de fleurs apparaît également plus marqué parmi les femmes ayant une libido épanouie (62% parmi les femmes qui ont plus de trois rapports sexuels par semaine, contre 53% lorsqu’elles ont moins d’un rapport par semaine) ;

– enfin, les hétérosexuelles (56%) et les lesbiennes (57%) se montrent nettement plus sensibles à ce cadeau que les bisexuelles (43%).

Le fait de se voir offrir des fleurs n’est en revanche guère perçu par les femmes comme un gage de fidélité de leur partenaire. En effet, 64% des femmes interrogées déclarent que ce geste n’est pas de nature à les rassurer quant à la fidélité de leur partenaire, dont 23% qui déclarent que cela n’est « pas du tout » le cas

Etude IFOP / DAYLOV.COM réalisée auprès d’un échantillon représentatif de plus de 3 406 françaises du 25 octobre au 3 novembre 2016.