La fertilité des femmes est-elle altérée par le travail de nuit?




CC0 Public Domain /Pixabay

La fertilité des femmes est-elle altérée par le travail de nuit et plus généralement par certaines conditions de travail difficiles ? Oui affirment aujourd’hui des scientifiques de l’Ecole de Santé Publique de Harvard et ce dans le cadre d’une étude menée sur 473 femmes en demande d’un traitement pour la fertilité.

Avant d’en arriver à cette conclusion – notez que les résultats complets de l’étude ont été publiés dans la revue spécialisée « Occupational and Environmental Medicine » – les chercheurs ont mesuré plusieurs marqueurs biologiques de la santé reproductive. Puis ils ont demandé à ces femmes de décrire avec le plus de précisions possibles leurs conditions de travail (tâches effectuées, horaires…etc).

Et le constat s’est révélé sans appel : les femmes portant des objets lourds et/ou travaillant de nuit (ou en horaires décalés) avaient plus de problèmes de fertilité que les autres.

C’est ainsi qu’ils constaté chez ces femmes une diminution de nombre d’ovules matures et immatures. Cela s’est particulièrement vérifié chez les femmes en surpoids ou âgées d’au moins 37 ans précise le site « Top Santé« .

« Ces résultats ont des implications médicales, car les femmes avec moins d’ovocytes matures auront moins d’ovules capables de se développer en embryons viables » ont déclaré les auteurs de l’étude dans leurs conclusions.

Parmi les explications avancées, une possible perturbation de l’horloge interne. Mais d’autres facteurs pourraient aussi entrer en compte pour expliquer cette diminution de la fertilité chez les femmes.

« Cette étude permet d’observer un lien statistique mais pas d’établir un lien de cause à effet, et ses résultats ne peuvent être généralisés aux couples cherchant à concevoir sans assistance médicale » ont-ils ensuite précisé.

>>>Un caleçon anti-ondes pour protéger la fertilité masculine

Et puisqu’on évoque les problèmes de fertilité, revenons sur cette info publiée à l’automne dernier avec l’invention d’une jeune société française…

Duoounderwear

Duoo Underwear

Qui n’a jamais mis son smartphone dans la poche ? Oui mais plusieurs études ont déjà démontré que les ondes émises par ces appareils pouvaient avoir de fâcheuses conséquences sur la fertilité de ces messieurs. C’est vrai aussi pour les ondes WIFI. D’où l’ingénieuse idée de l’entreprise savoyarde Duoo Underwear de proposer un boxer capable de bloquer jusqu’à 99% des ondes émises.

Et c’est en intégrant la technologie SilverShell que cette jeune entreprise a créé un boxer permettant de protéger la santé masculine des ondes du smartphone.

Comment ça marche ? Les boxers tirent leur efficacité des principes conducteurs de l’argent, à la base de la technologie SilverShell.

Sur son site internet Duoo Underwear nous explique que deux gammes sont actuellement disponibles (les Joyeux et les Précieux, ndrl) et qu’en utilisant des fils technologiques en argent, SilverShell reproduit le principe de la cage Faraday bloquant ainsi les ondes électromagnétiques à l’extérieur du boxer.

Deux protections : une protection locale avec un fil d’argent concentré sur la partie avant du boxer afin de contrer les ondes d’un smartphone se trouvant dans la poche; une protection optimale avec plus de 30% d’argent réparti dans l’intégralité du boxer

Et en plus ils sont confortables. La technique de tricotage apporte au tissu, légèreté, résistance et respirabilité promet Duoo Underwear qui a choisi comme slogan « Au quotidien, ils accompagneront tes « précieuses » et sauront prendre soin d’elles »

Les Boxers anti-ondes, DUOO sont disponibles en plusieurs tailles et coloris. Pour plus d’infos rendez-vous sur Duoounderwear.com

Les crèmes solaires mauvaises pour les spermatozoïdes ?

CC0 Public Domain /Pixabay

CC0 Public Domain /Pixabay

L’occasion de revenir également sur une étude publiée juste avant l’été et selon laquelle les crèmes solaires seraient mauvaises pour les spermatozoïdes

Mais avant de tirer la sonnette d’alarme les scientifiques ont bien sûr mené des tests : 29 filtres anti-UV contenus dans les différentes crèmes solaires ont ainsi été passés au crible. Pour information ces crèmes sont toutes commercialisées en Europe comme aux Etats-Unis.

Verdict : 13 des filtres anti-UV ont modifié de manière plus ou moins importante le taux de calcium des spermatozoïdes… un taux qui n’est pas sans conséquence sur la fonction reproductive. Pire encore puisque parmi eux 9 filtres ont imité l’effet de la progestérone, une hormone stéroïdienne principalement sécrétée par le corps jaune des ovaires et impliquée dans le cycle menstruel féminin (source).

« Cet effet est apparu à de très faibles doses, bien en deçà des niveaux de filtres UV retrouvés dans l’organisme des personnes après une application de crème sur tout le corps (…) Ces résultats sont préoccupants et pourraient expliquer en partie pourquoi l’infertilité inexpliquée est tellement répandue » a expliqué le Professeur Niels Skakkebaek, co-auteur de l’étude.

C’est en passant par le sang que ces crèmes solaires parviendraient ainsi à perturber le système endocrinien et à affecter la fonction reproductive des hommes.

Reste qu’il faut bien se protéger du soleil non?

Cette étude a été menée par des chercheurs de l’université de Copenhague et ses résultats ont été présentés en avril dernier à Boston lors du congrès annuel de la Société d’Endocrinologie.